Environnementalisme, écologie & partis Verts

Beaucoup, pour ne pas dire tous, se revendiquent aujourd’hui de l’écologie. Dans cet article, Floréal Romero rappel la différence existante entre un courant modéré – environnementaliste -, qui reste dans le paradigme actuel de société et un second – écologiste – qui cherche à aller plus loin, à remettre en cause les fondements même de la crise.

C’est un débat que Bookchin lui-même avait adressé dès la fin des années 60 dans plusieurs textes, dont « Spontanéité et organisation » (publié dans Pour une écologie libératrice)

En lien avec cette thématique, un article du Monde Diplomatique d’août parle de ce que sont devenus les Verts Allemands, où la plongée dans « l’écolo bourgeoisie ». L’article, signé Olivier Cyran, n’est présent qu’en extrait.

Un extrait vidéo d’une conférence de Bookchin postée récemment sur YouTube aborde également la question du réformisme et du lien avec la participation politique, dans l’exemple allemand (discuté plus tôt dans la conférence par un des intervenants). L’exemple utilisé ici avec le « big fat asshole » montre bien comment le « jeu politique » peut être détourné à d’autres fins ! Dans l’original néanmoins, Bookchin revient ensuite sur la question, disant qu’il aurait préféré que les Verts Allemands ne cherchent pas à renter au Bundestag. La vidéo n’est pas encore sur le net.

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification *