Murray Bookchin et la Décroissance

Parution de « Murray Bookchin, pour une écologie sociale et radicale » aux éditions Le passager clandestin, dans la collection des Précurseurs de la Décroissance dirigée par Serge Latouche. Rédigé à quatre mains par Floréal Romero et Vincent Gerber, l’ouvrage fait une présentation de l’écologie sociale de Murray Bookchin en lien avec les idées de la décroissance. Les points communs ainsi que des critiques sont présentées sur la première moitié du livre, tandis que la deuxième est composée d’extraits de textes de Bookchin en lien avec la décroissance.

Bookchin remet en cause les fondements même de la société dans laquelle nous vivons ; particulièrement le capitalisme, accompagné de son inséparable « poisson-pilote » : la croissance. « Bien que rarement citée par les partisans de la décroissance, l’écologie sociale partage un grand nombre de points communs avec ce courant de pensée. Réduction de la taille des villes, critique de la société de consommation, mais aussi de la technologie (à propos de laquelle Bookchin avait une vue plus nuancée que l’image qui est généralement faite de lui), réduction du temps de travail, création de biens durables, promotion d’un mode de vie alternatif et plus humain… (…) Bookchin entend arriver au développement d’une société organique – c’est-à-dire faite d’interrelations d’échanges et d’entraides profitables pour chacune des parties –, non dominatrice, répondant aux aspirations et aux besoins humains – matériels, mais aussi psychiques et physiologiques – autant qu’à ceux de l’environnement » (Vincent Gerber et Floréal Romero).

 

Les cinq extraits présentés sont issus de :

– Ecologie et pensée révolutionnaire (1964)

– Pour une technologie libératrice (1965)

– Une société à refaire (1989)

– Mort d’une petite planète (1989) [inédit en français]

– Qu’est-ce que l’écologie sociale ? (1993) [inédit en français]

 

Sortie le 16 octobre 2014.

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification *