Parution: Murray Bookchin, The Next Revolution

The Next Revolution est le premier livre posthume à paraître des écrits de Murray Bookchin. Ce recueil était donc passablement attendu. Surtout dans un contexte qui voit les idées de Bookchin refont surface et où la question du renouveau de la démocratie devient largement débattue à gauche, sans forcément savoir vers quoi se mettre d’accord. Une façon d’alimenter un peu le débat, malgré la disparition, il y a bientôt 10 ans, de l’auteur.

Les textes rassemblés ici ont été sélectionnés et édités par Debbie Bookchin, la fille de Murray, et Blair Taylor, membre du comité de l’Institute of Social Ecology du Vermont. Le sommaire laisse apparaître des articles écrits par Bookchin dans les années 1990 et 2000. Des textes pour la plupart parus dans des revues (Green Perspectives, Communalism, Democracy & Nature, etc.) et difficilement accessibles aujourd’hui, même sur Internet. Tous pointent plus ou moins directement en direction du projet de Bookchin de réaliser ce « communalisme », c’est-à-dire une confédération de communes régies localement en démocratie directe.

L’ouvrage s’ouvre avec « The Communalist Project » (2002), long article rappelant la genèse mais faisant aussi la synthèse de sa pensée politique, rappelant l’héritage politique de ce concept et dans quelle tradition il s’inscrit. Après lui, « The Ecological Crisis and the Need to Remake Society » revient sur le concept plus large d’écologie sociale, replaçant cette question politique dans sa l’ensemble de sa pensée. Bookchin rappelle quel est selon lui, la source des problèmes écologiques et son lien avec nos institutions politiques et sociales.

Les articles suivants définiront plus amplement ce projet politique de démocratie directe confédérale, tantôt appelé « communalisme », tantôt « municipalisme libertaire » selon les époques. Ils répondent aussi à plusieurs critiques formulées à son encontre, que ce soit sur la question des possibles dérives « autonomiques » des communes (le repli sur soi), sur des questions de fonctionnement et sur l’opposition entre un gouvernement populaire et un Etat (le besoin de s’organiser reste indéniablement un des grands débats qui traverse sa pensée). Enfin, le livre s’achève sur un texte inédit (le seul de l’ouvrage) : « The Future of the Left ». Un article assez long qui fait le pendant de « The Communalism Project » (les deux sont d’ailleurs datés de 2002, ce qui explique leurs similitudes). Bookchin y reprend sa critique du marxisme et de l’anarchisme pour affirmer une fois encore le besoin d’aller vers un projet politique confédéraliste et communaliste.

Certains textes résonneront peut-être comme déjà connus pour le lecteur déjà bien familiarisé avec la pensée de Bookchin. « The Meaning of Confederalism » est tiré de la réédition de son livre From Urbanization to Cities. « A Politics for the 21st Century » avait été présenté en vidéoconférence lors de la conférence internationale sur le municipalisme libertaire de Lisbonne en 1998. Enfin, « Cities : The Unfolding of Reason in History » est tiré d’un article en réponse à John Clark dont une partie avait été traduite en français à l’époque et publié dans Réfractions.

Si le volume n’apporte rien de très nouveau sur sa pensée, on sait que chez l’Américain, l’intérêt réside souvent dans le détail qu’apporte chaque article. Ainsi si chacun reprend souvent les bases de sa pensée, il développe un aspect particulier qui permet d’enrichir l’ensemble. On retiendra à ce titre l’apport pertinent et assez original du texte « Nationalism and the ‘National Question’ » très d’actualité aujourd’hui avec l’exacerbation de la pensée souverainiste et nationale dans le monde occidental.

L’accent placé sur le confédéralisme démocratique montre par contre la formulation parfois trop dichotomique de Bookchin. On lit entre les lignes le fameux phénomène TINA : There Is No Alternative, de Margaret Thatcher : « Une société écologique et libre – à distinguer donc d’une régulée par une élite écologique autoritaire ou par un « marché libre » – ne peut que se formuler en termes d’une forme écologiquement confédérée de municipalisme libertaire. » (p.138) Une méthode de discours propre à la majorité des mouvements politiques, qui consiste à affirmer avec force pour mieux convaincre, mais qui laisse peu de place au débat, à l’adaptation ou à l’expérimentation.

Débat il y aura malgré tout, sans doute, sur ses questions. Et en tant que partisans on espère effectivement que la pensée politique de Bookchin puisse connaître un succès posthume. L’accueil réservé à ce livre sera un premier indicateur de cela.

On placera au final ce recueil au croisement de trois titres de Bookchin déjà parus. Il donne ainsi un éclairage plus récent et plus direct qu’Urbanization without Cities sur la question du « communalisme », tout en apportant d’autres arguments que ceux choisis par Janet Biehl dans Le municipalisme libertaire. Avec également une synthèse de sa critique (parfois trop caricaturale, c’est certain, pour des mouvements déjà à l’époque plus complexes et diversifiés que ce qu’il en présente – c’est le cas notamment pour le court texte « Anarchism and Power », sans doute le point faible de la sélection) du marxisme et de l’anarchisme et de sa volonté de développer une autre voie. Des points déjà discutés dans Anarchisme, Marxism and the Future of the Left et quelques autres titres. The Next Revolution est utile donc, autant pour celui qui souhaiterait découvrir la pensée de Bookchin que pour celui qui veut l’approfondir, en offrant des textes accessibles et faisant un tour complet du sujet.

A noter encore la (courte) préface d’Ursula Le Guin, qui explique son attachement à la pensée de Bookchin et l’annonce en fin d’ouvrage d’un autre livre posthume à paraître : The Cosmology of Social Ecology, ainsi qu’une réédition (modifiée ?) de The Murray Bookchin Reader. A suivre donc.

Murray Bookchin, The Next Revolution: Popular Assemblies and the Promise of Direct Democracy, éd. Verso Books.

Sommaire :

Préface d’Ursula Le Guin
Introduction, par Debbie Bookchin et Blair Taylor
1. The Communalist Project (2002)
2. The Ecological Crisis and the Need to Remake Society (1992)
3. A Politics for the Twenty-First Century (1998)
4. The Meaning of Confederalism (1995)
5. Libertarian Municipalism: A Politics of Direct Democracy (1991)
6. Cities: The Unfolding of Reason in History (1997)
7. Nationalism and the “National Question” (1994)
8. Anarchism and Power in the Spanish Revolution (2002)
9. The Future of the Left (2002)

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification *