Rencontres de Bilbao : précisions sur le thème « Nations contre Etat-Nation »

Les rencontres de Bilbao se tiendront du 27 au 29 octobre 2017. Un des thèmes principaux serait « Nations contre Etat-nation ». Une thématique qui se découplerait en plusieurs sujets, comme « Quelles institutions pour quel municipalisme ? », « L’anarcho-syndicalisme aujourd’hui et le municipalisme libertaire » ou encore la « Jinéologie » (la science des femmes).

A noter, car le sujet a fait débat, que « Nations contre Etat-Nation », n’est pas une tentative pour redonner du souffle à un Nationalisme en perte de vitesse et moins encore d’essayer de le sauver sous l’oximore: “anarcho-nationalisme ». De fait, nous condamnons le nationalisme, vienne d’où il vienne, comme pure création patriotique et religieuse de l’Etat-nation pour, partant du louable sentiment d’amour du terroir et ses gens, éluder les conflits de classe et la vraie nature du Capitalisme destructeur de toute biodiversité. Un nouvel Etat-nation ne fera qu’uniformiser ses sujets sous un même patron, diviser davantage et dresser “son” peuple contre les autres peuples.  C’est pourquoi nous entendons aller bien au-delà de ces vieilles tentatives nationalistes qui prétendent créer un autre Etat-nation dans une aire géographique plus restreinte, car tous leurs efforts pour résoudre la « question nationale » ne peuvent aboutir.

Lorsque nous parlons de « nations », il s’agit des peuples et de leurs respectives cultures, propres et riches par leur diversité et là nous nous faisons écho des paroles de Bookchin : « … ces peuples spécifiques doivent être libres de développer pleinement leurs propres capacités culturelles qui n’est pas seulement un droit mais un desideratum. Le monde serait un lieu terne en effet si une magnifique mosaïque de cultures différentes ne remplaçaient pas le large monde déculturé et homogénéisé créé par le capitalisme moderne. »

Le pari actuel et la raison de cette convocation autour de cette question d’importance, c’est celui de réfléchir ensemble, de débattre, d’aller au-delà des nationalismes et consolider un nouvel imaginaire, libérés des fléaux de la domination dans toutes ses manifestations, comme partie intégrantes de l’ écologie sociale.

les Zapatistes, avec « ce monde où habitent tous les mondes », tout comme les Kurdes du Rojava avec la mise en place du « Confédéralisme Démocratique », nous montrent de nouvelles voies pour atteindre cet incontournable objectif d’un monde riche d’autre mondes.   

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Rencontres de Bilbao : précisions sur le thème « Nations contre Etat-Nation »

  1. Cimaz Jacqueline dit :

    Intéressant.
    Tout le monde peut-il accéder à cette rencontre?
    J’irais avec plaisir.

    • admin dit :

      Oui, bien sûr, c’est ouvert à tous les intéressés. On essaiera de mettre les nouvelles au fur et à mesure sur le site pour vous tenir au courant (et si on arrive y penser, on vous contactera aussi directement pour vous les donner).

  2. Cimaz Jacqueline dit :

    De nombreux sites et blogs. J’attends un peu pour en créer un dédié à l’écologie sociale…
    En l’absence de nouvelles je ne sais quoi dire à ceux qui étaient prêts à nous rejoindre…
    Une personne notamment qui n’est plus à EELV depuis 15 ans…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification *